Image du diaporama : Chemin de ronde château d'Annecy
Vous êtes actuellement dans l'arboresence suivante :

Annecy et son musée : 150 ans d'histoire et plus

Annecy et son musée : 150 ans d'histoire et plus

collection archéologique exposée dans le hall de la mairie d'Annecy

© musée-château
Conditions d'utilisation : Pour toute exploitation, contacter les Musées de l'agglomération d'Annecy.

"L'abbé Favre, d'Annecy, ayant été, en 1842, nommé bibliothécaire de la ville, conçut l'excellente idée de joindre à la bibliothèque un Musée [...], et pour en former le noyau, il offrit une foule d'objets qu'il avait déjà collectionnés."

La première évocation d’un musée à Annecy remonte à 1798 mais c'est en 1842 qu'est fondé le musée d’Annecy, sous l’égide de la Société
Florimontane. Les collections affirment, dès l'origine, la double vocation naturaliste et régionaliste de l'établissement installé provisoirement dans la salle de la bibliothèque en attendant son transfert dans le futur bâtiment de l’Hôtel de Ville.

A partir de 1851, la Société Florimontane n’aura de cesse de déposer un grand nombre d’objets au musée d’Annecy : antiquités, céramiques, dessins, lithographies, gravures, divers, ethnographie, manuscrits et livres rares, numismatique, peintures, sciences naturelles, sculptures...

En 1856, le conservateur Joseph Serand présente un projet de musée lapidaire puis de 1854 à 1857, Gabriel de Mortillet développe une section de géologie, poursuivie par Joseph Ducret jusqu'en 1860.

Louis Revon prend ses fonctions de conservateur en 1860. Durant 31 ans, il enrichit les collections de peintures, moulages, sculptures, estampes, ethnographie, anatomie et anthropologie, produits industriels et agriculture... car le musée doit présenter au public les merveilles de la création. Il montre, dès cette époque, un grand intérêt pour l’accueil des publics et particulièrement des scolaires.

Marc Le Roux succède à Louis Revon en 1891. Au fur et à mesure que l'urbanisation s'étend dans la plaine des Fins, les vestiges de l'antique Boutae sont découverts et viennent enrichir les collections.

En 1933, Louis-François Lachat succède à Marc Le Roux. Il propose, en 1934, de nouvelles orientations et œuvre, tout au long des années 30, pour un enrichissement des collections Beaux-Arts s’appuyant sur la production d’artistes contemporains.

A partir des années 1934-1935 se développe la folklorisation du monde rural, évocation nostalgique d’une civilisation dans son processus d’extinction. Ces objets, appelés par la suite, d’Art et Traditions Populaires constituent la base des collections actuelles d’ethnographie.

A la suite de l'incendie et du rachat du château par la municipalité d'Annecy en 1952, et sous l'impulsion de Jean-Pierre Laurent,
 conservateur, le transfert des collections situées au second étage de l’Hôtel de Ville est envisagé. Pendant les travaux de restauration, des exposition temporaires et des soirées culturelles, organisées en partenariat avec les comités d’entreprise et les associations locales, font du château un des pôles culturels de la ville d'Annecy.

A partir des années 1970, sous l’impulsion de Jean-Pierre Couren, les initiatives se multiplient et le musée se déploie dans le château : expositions, animations scolaires, concerts, conférences... tandis que la majorité des collections sont récolées. En dix ans, de 1970 à 1980, la fréquentation passe de 30.000 à 85.000 visiteurs. C'est dans ce cadre que l'Observatoire Régional des Lacs Alpins voit le jour en 1993.

De 1993 à 2003, William Saadé développe considérablement la présence d’œuvres contemporaines tant dans le musée que dans la ville, par des acquisitions et un travail de collaboration avec des artistes de renommée internationale.

Brigitte Liabeuf poursuit dans cette voie, entretenant le dialogue entre monument historique et musée grâce à l'intervention d'artistes contemporains, tout en réaffirmant la richesse que constitue la diversité des collections. Elle soutient particulièrement le développement de la collection de cinéma d'animation : en 2005 est inaugurée une exposition permanente dans le bâtiment du Conservatoire d'Art et d'Histoire d'Annecy.

Ces grandes lignes se poursuivent aujourd'hui, pour le plus grand plaisir du public, nous l'espérons.